Les présidents de la 5ème vus par Talleyrand

« Si quelqu’un vous dit qu’il n’est d’aucun parti, commencez par être sûr qu’il n’est pas du vôtre. »

Ce précepte politique, pragmatique et malicieux, on le doit à Charles-Maurice de Talleyrand-Périgord, plus connu sous le nom de Talleyrand, grand homme d’État et diplomate qui traversa l’Ancien Régime jusqu’au 19ème siècle.

Imaginons maintenant, seulement quelques secondes, qu’il revienne à la vie pour nous décrire nos six derniers chefs de l’État en un trait d’esprit. Qu’aurait-il pu bien penser des présidents de la 5ème République ?

À la lecture de son excellent Bréviaire paru aux éditions Horay, il m’a semblé entendre une voix, dans le lointain, susurrer ces quelques aphorismes politiques :

Sur Charles de Gaulle : « Dans les choses d’importance, il ne faut pas demander de conseils ; il faut peser, oser et agir. »

Sur Georges Pompidou : « L’ambition est l’exercice des facultés intelligentes ; c’est une corde muette dans les âmes passionnées. »

Sur Valery Giscard d’Estaing : « Il n’y a point d’accident si malheureux dont un homme habile ne tire quelque avantage, ni de si heureux qu’un imprudent ne puisse tourner à son préjudice. »

Sur François Mitterrand : « Le mépris doit être le plus mystérieux des sentiments. »

Sur Jacques Chirac : « L’inertie est une vertu, l’activité est un vice. Savoir attendre est une habileté en politique ; la patience a fait souvent les grandes positions. On doit être actif quand l’occasion passe ; on peut être paresseux et nonchalant quand on l’attend. »

Sur Nicolas Sarkozy : « Il y a des fautes que j’excuse et des passions que je pardonne, ce sont les miennes. »

Sur François Hollande : « Si les choses ne vont pas comme on le comprend, le mieux est d’attendre et d’y peu penser. »

Espérons qu’en 2017, le président pourra écrire, à l’instar de Talleyrand dans ce Bréviaire que je vous recommande :

« Je n’ai jamais eu d’autre Égérie que le bon sens et trois maîtres, que j’appelle mes trois La, parce qu’ils me donnent le diapason : La Fontaine, La Bruyère et La Rochefoucauld. »

Le bréviaire de Talleyrand, Editions Horay, 64 p., 6,50 euros

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *