Un ennui nommé Chardonne

« Ne parlons pas trop de l’amour ; cela réveille des mauvaises pensées. » Cet aphorisme plat, sans relief particulier est à l’image des Propos comme ça de Jacques Chardonne qu’on ne peut s’empêcher de lire distraitement, réprimant à l’occasion quelques bâillements. Que dire sur cet ouvrage si ce n’est qu’il ne provoque rien excepté une vague somnolence chez…