Sous le masque, l’aphorisme ! 

« Il n’y a pas de normes. Tous les hommes sont des exceptions à une règle qui n’existe pas. »

Et Fernando Pessoa et ses nombreux hétéronymes n’échappent évidemment pas à cette règle paradoxale qui est absence de règles. Bernardo Soares, Alvaro de Campos, Ricardo Reis : que d’identités fictives pour cet auteur prolixe dont le nom signifie opportunément, en portugais, « personne »!

« Sois pluriel comme l’univers ! »

Exprimant au mieux l’âme kaléidoscopique de Pessoa, ces aphorismes publiés chez Christian Bourgois éditeur, révèlent, en quelques traits, les obsessions récurrentes de son auteur parmi lesquelles Dieu ou encore la folie:

« Dieu est rationaliste, parce que Dieu est la Raison même. »

« Les psychiatres savent (parfois) comment fonctionne l’esprit malade, mais ignorent comment fonctionne l’esprit sain. »

Dans un 20ème siècle aux idoles brisées, la lucidité confine au pessimisme et Pessoa en est l’un des garants. Les seuls refuges possibles, bien que précaires, semblent être le mysticisme, très présent dans l’œuvre du poète, le repli dans la contemplation et l’amour.

« L’amour est un échantillon mortel de l’immortalité. »

« Ne pense jamais à ce que tu vas faire. Ne le fais pas. »

Avant de lire la sublime traduction du Livre de l’intranquillité publiée chez le même éditeur, je vous recommande fortement ce petit florilège d’aphorismes qui saura vous initier à la prose de ce grand poète portugais.

A défaut d’errer dans les rues de Lisbonne, cet été, goûtez ces aphorismes de Pessoa qui ensoleilleront votre esprit car comme il aimait l’écrire :

« Penser est encore la meilleure façon d’échapper à la pensée. »

En bref, Pessoa, Christian Bourgois Éditeur, 64 pages, 12 euros

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *